Le Coin des Ailleurs

Partir en Belgique pour devenir Orthophoniste

5 mars 2009
blabla

Depuis que je suis toute petite, d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu devenir Orthophoniste. Pourquoi ? Je ne sais pas exactement. Je pense que la première chose, c’était que je voulais travailler aux côtés d’enfants et soigner. J’ai passé un Bac L (étant nulle en maths) et je suis allée en Hypokhâgne (surtout parce que j’avais été prise, ce que je n’imaginais alors pas). J’ai ensuite passé mon Master de lettres, que j’ai eu avec Mention. Mais tout cela ne me menait pas réellement vers ce que je voulais faire.

Pour devenir Orthophoniste en France, les choses sont plutôt simples, ou compliqués, tout dépend. Il « suffit » en fait de réussir un concours assez particulier, puis suivent 4 années d’études et le diplôme. Mais le concours n’est pas évident car il repose sur des connaissances que tout le monde n’a pas. Questions de culture G (du style « Quand est né Mozart ? »), des résumés, des dictées, des QCM de grammaire. Sans parler de l’oral où il faut chanter, mimer. . . Le concours varie beaucoup selon le lieu où on le passe.

En ce qui me concerne, j’ai passé 3 concours pendant mon année de Licence (3e année de Fac). Je n’avais pas réellement le temps de me préparer. J’y suis donc allée un peu comme ça, pensant que mes connaissances suffiraient. Grave erreur. Car les filles qui se présentent, sont souvent très préparées, elles. J’ai donc logiquement échoué lors de ces trois concours. Parfois de peu, parfois de loin. Peu importe.

C’est là que je me suis décidée à partir en Belgique où l’Orthophonie – ici dite Logopédie – est accessible de deux façons. Soit dans les Hautes Ecoles (3 années d’étude), soit à la Fac (5 années d’étude, Master). J’ai un peu hésité entre ces deux formations, me disant que la plus courte serait peut-être préférable. Finalement, j’ai préféré la Fac pour deux raisons :

  • Un diplôme européen reconnu partout : Master
  • Tirage au sort depuis la rentrée 2009

Pour pouvoir étudier en Belgique, il faut bien sûr fournir quelques papiers, des relevés de notes et ce genre de choses. C’est un peu pénible sur le coup, mais finalement ça va assez vite. Les sites des écoles/fac listent ce que vous devez leur envoyer. Vous recevez ensuite un papier vous disant si vous êtes admise, en quelle année (si vous avez demandé des équivalences). . .  Il faut ensuite venir sur place pour finaliser l’inscription, qui est assez chère, autant le dire tout de suite.

Logopédie à L'UCL

Je suis donc actuellement en 3e année de Logopédie à l’UCL. Je conseille vraiment cette fac que j’aime beaucoup. les locaux sont agréables, les professeurs bons, et la ville très chouette. Pour parler un peu des études, il faut savoir avant de venir que le niveau exigé est assez élevé. Plus qu’en France. Ici, la moyenne est 12 et pas 10 et les notes ne sont pas tolérées en dessous de la moyenne. En Logopédie, les matières étudiées sont variées et mêlent Psycho & Logo. L’emploi du temps est chargé et les examens nombreux. Il faut une bonne capacité de travail.

Je sais que beaucoup de françaises se posent des questions sur l’orthophonie en Belgique, donc je suis toute disposée à y répondre, comme on l’a fait pour moi à l’époque. En tout cas, les études de Logopédie sont très intéressantes et le métier mérite largement tous les sacrifices qu’il faut faire pour y parvenir. . .

Vous pouvez ♥

255 Comments

  • Reply SOMBE 8 août 2015 at 19:08

    Bonjour,

    J’aimerais savoir s’il est possible d’exercer le métier d’orthophoniste en France avec un concours obtenu en Belgique.

    Merci d’avance

  • Reply Manon LN 15 décembre 2015 at 23:04

    Bonjour,
    Étant en terminale ES je souhaiterai aller directement en Belgique afin de ne pas perdre de temps dans mes études et avoir plus de chances d’obtenir ce diplôme, j’ai découvert ce métier suite à des recherches sur internet car beaucoup de personnes ainsi que certains professeurs m’ont dis que j’avais le profil idéal pour exercer cette profession , je suis très motivée et bosseuse mais tenter le concours en France est du suicide… pourriez vous me renseigner davantage sur les démarches à suivre ainsi que l’enseignement en Belgique? J’ai entendu dire que c’était très difficile mais que le système belge était beaucoup plus intéressant et qu’il y avait de l’entraide et c’est ce qui me motive beaucoup plus.
    Merci d’avoir prit le temps de me lire et de répondre à mes questions.

  • Reply Pauline D 30 janvier 2016 at 11:44

    Bonjour,
    je suis actuellement en première année de logopédie à l’Institut libre Marie Haps à Bruxelles. Je vais essayer de vous aider mais n’hésitez pas à me poser plus de questions si certaines de mes réponses ne sont pas claires! Pour les démarches à suivre pour l’inscription ce n’est pas très compliqué, il suffit de respecter les délais et d’avoir bien tous les documents demandés: il vous faut demander bien à l’avance l’équivalence du baccalauréat français (sur le site http://www.equivalences.cfwb.be/), elle met souvent un à deux mois pour vous parvenir, et elle coûte environ 150 euros si je me souviens bien (à vérifier sur le site), après pour les autres documents ça dépend des écoles (tout est écrit sur le site internet ainsi que les délais à respecter). Moi j’avais dû aller déposer mon dossier mi-août à l’école.
    Pour l’enseignement: Soit vous suivez une formation à l’université, celle-ci dure 5 ans et vous avez la reconnaissance d’un master, soit vous choisissez d’aller dans une haute école et la formation est de 3 ans. D’après les échos que j’ai eus, la formation universitaire est très générale pendant deux ans, et les cours d’orthophonie pure commence à partir de la 3ème année.
    Moi je vais plutôt vous parlez du cursus de la haute école (car c’est bien sûr celui que je connais le mieux): en première année, durant la période septembre-décembre, vous avez à peu près 15 cours différents, et donc 15 exams à passer durant les deux premières semaines de janvier, si vous en ratez, vous pouvez les repasser en juin (en même temps que les exams des nouvelles matières que vous aurez étudiées de janvier à juin) et en août à la session de rattrapage. Le nombre de matières peut vous sembler important, c’est vrai qu’il y a pas mal de choses à connaître, mais beaucoup de matières se complètent (c’est donc beaucoup plus facile pour apprendre).
    Les stages avec des logopèdes (ou orthophonistes) commencent à partir de la 2ème année, en 1ère année nous avons juste une semaine de stage dans une classe de CP à faire. Pour accéder aux stages de 2ème année (ainsi qu’à d’autres matières de deuxième), vous devrez avoir valider obligatoirement certaines matières dites pré-requises dont la fameuse dictée. Alors, vers mi-octobre à peu près, vous allez passer un exam dispensatoire pour la dictée et les textes à corriger, c’est à dire que si vous réussissez à avoir plus de 14 à l’exam vous êtes dispensés des cours de français qui sont donnés pour l’examen de dictées et vous ne devrez plus repasser cet exam: vous l’avez déjà validé (attention le niveau des dictées et des textes à corriger est élevé, ils sont du même type que les textes à corriger et les dictées de concours d’orthophonie, il faut donc s’y préparer). Si vous n’obtenez pas 14, ce n’est pas grave vous devrez repasser la dictée au mois de juin, voire au mois d’août si vous ne l’avez pas encore obtenue. Cette dictée est une des épreuves qui pose le plus de problème car le champ de connaissances est très large… (pour les étudiants sortant de prépa, la dictée utilise toutes les règles qui tombent aux concours: par exemple les quelque/ quel que, les adjectifs de couleur, les pluriel des mots composés, le subjonctif des verbes, les genres des noms…).
    Pour la quantité de travail, je dirai que si vous êtes présents, que vous suivez les cours, et que vous relisez vos cours (plus ou moins régulièrement selon les besoins de chacun), c’est faisable; maintenant j’attends moi-même les résultats de mes premiers partiels donc je vais éviter de trop m’avancer.
    En tout cas c’est sûr qu’il y a beaucoup d’entraide entre les étudiants (on s’échange les cours, les synthèses, les annales des années précédentes…) et la formation est vraiment super intéressante, on rentre très vite dans le vif du sujet (même s’il y a aussi des cours un peu plus éloignés de l’orthophonie en première tels que la philosophie ou le droit).
    Je crois que je n’ai rien oublié et j’espère que ma réponse vous aidera. ;-)

  • Reply Pauline D 30 janvier 2016 at 11:58

    J’ai oublié de préciser, ma réponse sur le déroulement de la formation est valable pour Marie Haps (je pense que toutes les hautes écoles ont à peu près le même style de fonctionnement mais certains détails peuvent varier comme le nombre et la répartition des matières, ou les conditions de passation de la dictée…!).
    Pour le coût de la formation, à Marie Haps l’inscription est d’environ 820euros.

  • Reply 7dav77 10 janvier 2016 at 20:53

    Créé, pas créer.

  • 1 4 5 6

    Leave a Reply